Collectif Autisme
Collectif Autisme

La recherche

- UNE RECHERCHE EN PANNE

A l’heure actuelle, les parents ne savent pas pourquoi leur enfant est autiste et la médecine ne sait pas guérir cette pathologie.
Des pistes émergent, on parle de multi-factorialité, on a identifié différentes formes d’autismes qui pourraient de fait renvoyer à des causes distinctes…
Mais aucun consensus sur les axes de recherche n’existe à ce jour sur la question.

L’effort financier minimum n’est, en France, pas consenti, à l’inverse des Etats-Unis qui en ont fait une priorité de recherche.

Aucun point ne figure sur le sujet dans le Plan Autisme, alors que des avancées existent pourtant en France comme à l’étranger :
• Hypothèse d’atteinte des neurones « miroirs »,
• Découvertes régulières en matière de génétique,
• Découverte récente du rôle joué par des hormones telles que la mélatonine ou l’ocytocine permettant déjà de faire régresser certains symptômes autistiques,
• Identification de causes hypothétiques : environnement (métaux lourds, pollution, radiations…), alimentation, stress oxydatif, bactéries…

NB : En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, les interrogations portent sur la possibilité d’un effet biologique prénatal (pesticide, aliment…) ou postnatal (pesticide, aliment, mais aussi vaccin…) sur le cerveau d’un facteur de l’environnement…

 

Extraits du rapport du Comité Consultatif National d’Ethique

(CCNE) 2007 à propos de la recherche :
Le développement de la recherche est une priorité, tant dans le domaine biomédical que dans celui des sciences humaines et sociales. Les méthodes éducatives et les approche thérapeutiques associées doivent faire l'objet de recherches et d’évaluations rigoureuses par des investigations scientifiques comparatives sur des critères discutés à l'avance.

 

- RELANCONS LA RECHERCHE SUR L'AUTISME

La recherche doit être de 3 ordres :
1- renforcer le soutien au développement des recherches dans des domaines tels que la génétique, l’épigénétique, et les neurosciences
2-  évaluer, dans notre pays et par rapport au contexte international, les modalités d’accompagnement éducatif, psychologique, de prise en charge thérapeutique, et d’insertion sociale des enfants et des adultes atteints de ce handicap ; et de développer des recherches visant à les améliorer.
3- développer des recherches en sciences sociales et humaines, permettant d’évaluer l’accompagnement des familles.
 



suivant précédent